Surveillance de la qualité de l'air
Franche-Comté

Biosurveillance de la qualité de l'air dans le Parc Naturel Régional du Haut-Jura

(16/05/2018)

Le principe de la biosurveillance repose sur l’utilisation d’organismes vivants pour évaluer la présence des polluants dans l’environnement. Bien que ces organismes ne permettent pas de connaitre les concentrations précises des polluants dans l’air, ils permettent d’évaluer leur impact sur l’environnement ainsi que sur les êtres vivants.

Atmo Bourgogne-Franche-Comté, association agréée par le ministère en charge de l’environnement pour la surveillance de la qualité de l’air en partenariat avec le Parc Naturel Régional du Haut Jura (PNRHJ) ont souhaité expérimenter ce principe.

Dans le cadre de cette étude expérimentale, la biosurveillance a été réalisée à l’aide de bryophytes terrestres (mousses). En effet, ces végétaux présentent la particularité d’absorber de façon importante les métaux présents dans l’eau et dans l’air. Très largement présentes dans l’environnement, ces mousses peuvent être collectées en quantité représentative sur le terrain, au niveau de stations définies et géo-localisées.

La méthode de prélèvement des mousses sur le terrain jusqu’à leur préparation finale avant l’analyse des contaminants ciblés est normalisée selon la norme NF EN 16414.

Par ailleurs, il existe un programme européen de suivi des métaux dans les mousses. Organisé depuis 1996, il permettra de comparer les résultats obtenus dans le cadre de cette campagne.

Afin de réaliser un diagnostic représentatif des différents types de milieux présents sur le PNRHJ, 5 sites de typologie différents ont été prélevés.

Sur chacun des échantillons, 6 éléments traces métalliques ont été analysés : Aluminium, Chrome, Fer, Zinc, Arsenic, Plomb.