Surveillance de la qualité de l'air
Franche-Comté

Une campagne très... "choux" !

 

 

Des choux installés sur Besançon

Afin d’évaluer la répartition des polluants dans la ville de Besançon, ATMO Franche-Comté s’essaie à une nouvelle méthode de mesures qui utilise... des choux ! En partenariat avec le service de la ville en charge des espaces verts, plusieurs plants ont été installés sur une dizaine de sites, dont les emplacements ont été choisis de manière à qualifier au mieux les différentes zones d’exposition de la population : en centre-ville, à proximité du trafic routier, près d’une installation industrielle, en zone verte...

Que les Bisontins se rassurent : la présence de ces choux, en service pour 2 mois, n’est que purement expérimentale !

 

Les végétaux, indicateurs de la pollution de l'air

Le principe de la « bio-surveillance » (ou « bio-indication ») est d’avoir recours à des organismes vivants pour indiquer la présence de polluants dans l’environnement. Bien que ces organismes ne permettent pas de connaître les concentrations précises des polluants de l’air, ils donnent toutefois des indications sur les impacts potentiels que ces polluants peuvent avoir sur l’environnement et la santé des êtres vivants. Les choux, dotés d’une capacité à accumuler certains polluants de l’air, sont particulièrement intéressants pour en étudier les impacts sur les écosystèmes.

 

Un reportage de France 3 Franche-Comté, diffusé le 09/11/16 dans le Journal 19/20